Sandrine (février 2006)

 

Constance, mon ange, est décédée le 8 juin 2000, au sein de la propriété de sa nourrice. Depuis ce jour, ma vie n'est que peur, culpabilité, angoisse.

Le drame est survenu le jeudi.

Le lundi qui précède il fait beau, et pour la première fois depuis que Constance vient chez sa nourrice, je découvre un bac à vaches enterré dans le sol au milieu du jardin et dont la bâche a été retirée.

Et là, j'interpelle la nourrice, qui me dit : « Ne vous inquiétez pas, Madame, Constance n'y va jamais ! » Je l'informe que cela me stresse et qu'étant une maman poule, l'environnement de mes enfants me semble toujours empreint de dangers.

Le jeudi qui suit notre entretien à ce sujet, il est 18 H quand j'arrive.

Constance joue avec sa fille de 13 ans et d'autres enfants. Je l'embrasse, lui fais un câlin et la repose au sol, afin de prendre ses affaires.

La nourrice m'offre une boisson fraîche que j'accepte volontiers, compte tenu de la chaleur et également parce que je suis en permanence en train de courir et que je ne prends pas le temps de la connaître davantage. (J'ai à l'époque un petit garçon de 4 ans et demi que je dois récupérer à la garderie.)

Très peu de temps s'écoule, je prends les effets de ma poupette et je me demande où sont les enfants. Ils sont tous au fond du jardin, mais la fille de ma nourrice m'informe que Constance n'est plus en sa compagnie et l'image du bassin m'horrifie.

Malgré les mouvements de réanimation effectués par moi-même et le frère de la nourrice, puis l'arrivée du SMUR, rien, plus jamais rien.

On me restitue le petit corps sans vie de Constance, comme on l'avait fait lorsqu'elle est née, avant même que le cordon ne soit sectionné.

Aujourd'hui ma vie est rythmée en partie par la douleur, la culpabilité et l'angoisse permanente pour mes quatre enfants (dont trois vivants).

J'espère que l'ensemble des témoignages que vous avez pu recueillir servira à ne pas oublier, à ne pas faire la politique de l'autruche et surtout à sensibiliser l'ensemble de la population sur les risques.

Fermer la fenêtre