Mr et Mme D. (Août 2003)

 

Mardi 19 Août 2003, nous nous trouvions dans la maison que ma cousine nous avait prêtée pour y passer quelques jours de vacances. Il faut savoir que nous étions tout de même 3 adultes et 4 enfants, mon frère, mon mari, Claudy, 12 ans, Laurie, 8 ans, Rudy, 5 ans, Suzy, 18 mois et moi.

Etant tous à l'intérieur de la maison, nous nous occupions chacun de notre côté, à diverses tâches ménagères, en pensant que Suzy s'amusait dans l'une des chambres. Nous n'avons pas remarqué que la porte donnant sur le sous-sol était ouverte. Soudain, Claudy a demandé si quelqu'un avait vu Suzy et là, allez savoir pourquoi, ce doit être celà que l'on appelle instinct de mère, un sentiment atroce s'est emparé de moi.

Ils sont tous partis à sa recherche, tous sauf moi! J'étais tétanisée dans cette cuisine et j'ai tout de suite compris que ma fille n'était plus dans la maison. Je me suis dit qu'il n'y avait que 2 possibilités : la route ou la piscine... J'ai regardé mon frère enjamber le muret, et là je suis restée à attendre le cri, je savais qu'il allait arriver...

Quelques secondes plus tard, effectivement, j'ai entendu mon mari hurler "Puce, elle est tombée dans la piscine!". Son petit corps flottait à la surface de l'eau, à plat ventre et cet horrible ballon tournait encore sur lui-même... Mon frère a sorti notre petit amour, inerte, l'a donnée à mon mari qui l'a posée sur le sol, en lui tapant un peu sur la cage thoracique.
Et c'est là que le véritable cauchemar a commencé !!!!!!!!!!

Je suis ambulancière CCA de métier et j'ai constaté qu'elle se trouvait en arrêt cardio-ventilatoire. J'ai effectué une réanimation de 25 mn, en attendant que les secours arrivent, puis eux ont pris le relais durant au moins 2 heures. Suzy est décédée officiellement pendant le transport, mais en réalité, je sais par expérience qu'elle était déjà morte quand on la sortie de l'eau.

Il faut savoir que son frère et ses 2 soeurs ont assisté à tout, du début à la fin. Depuis ce jour, j'ai le sentiment qu'une énorme partie de moi est morte et je sais qu'il n'existe pas de douleur plus atroce. Je me sens coupable, et c'est le cas mais la vie doit continuer, pour les autres enfants. De plus, j'ai la chance d'avoir un mari formidable et une famille débordante d'amour, des amis très présents...

Je termine mon témoignage en vous disant que je viens de me faire tatouer un superbe petit ange, sur la hanche, ange dans lequel je retrouve de nombreuses expressions de son visage. La seule chose qui me tient à coeur désormais, c'est de me battre pour que le terme "HYDROCUTION" apparaisse sur les affiches de prévention car de nombreux médecins ont été unanimes, Suzy n'est pas morte par noyade, mais par hydrocution....

Merci pour elle et pour nous.

Fermer la fenêtre