PRESENTATION

        Bienvenue

        Qui sommes-nous ?

        Contact


PREVENTION

        A propos de la noyade
        d'enfants


        Campagnes
        de sensibilisation


        Réglementation de la sécurité
        des piscines privées


        Conseils de prévention

        Gestes de premiers secours

        Ateliers et supports
        pédagogiques

        Livres pour enfants Attention léon


AIDE AUX FAMILLES


        Témoignages

        Ecoute

        Solidarité Esteban


ACTUALITES

        Quelques chiffres

        Liens

Gestes de premiers secours

APPRENEZ LES GESTES QUI SAUVENT !
 CE NE SONT PAS DES GESTES QUI S’IMPROVISENT

« La maman de la petite Lucie, 3 ans, a eu les bons gestes : ceux qui sauvent.
Une chance quand on sait que seuls 7 % des Français suivent une formation aux gestes de premiers secours. C’est pourtant la seule chose cohérente qui existe pour sauver quelqu’un de la noyade, affirme le Colonel Ringotte, du centre de Secours d’Avignon. Il faut compter 10 mn de latence avant notre arrivée sur place. Il est alors souvent trop tard. » La Provence (27/07/2005)

Si 20 % au moins de la population française était formée aux gestes qui sauvent,
on pourrait épargner jusqu’à 10 000 vies par an !

Pourtant, seuls 7 % des Français ont bénéficié de cette formation alors que de nombreux dispositifs sont mis en place. Auparavant, il existait le Brevet National de Secourisme (BNS) qui demandait 40 heures de formation. Seuls les candidats qui en avaient besoin dans leurs métiers obtenaient donc ce brevet, mais depuis les années 90, l’Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS) permet en 8 à 10 heures de cours d’apprendre ces gestes qui sauvent.
Vous pouvez vous renseigner auprès de :

En cas d'accident

  1. Sortir immédiatement l’enfant de l’eau.
  2. En même temps, donner l’alerte si possible, sinon :
  • Si l’enfant est conscient :
    • Appeler d’abord les secours (15, 18, ou 112)
    • Puis ôter ses vêtements mouillés, le réchauffer et attendre l’arrivée des secours.
  • Si l’enfant est inconscient mais respire :
    • Appeler d’abord les secours
    • Basculer sa tête en arrière, le placer en position latérale de sécurité, surveiller sa respiration de manière rapprochée et jusqu’à l’arrivée des secours.
  • Si l’enfant est inconscient mais ne respire plus :
    • Prenez le pouls, démarrez immédiatement le bouche-à-bouche, puis donnez l’alerte
    • Poursuivez la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours.
« Si le premier témoin sait donner le bon appel et faire les gestes de premiers secours,
les chances de survie sans séquelles sont bien plus importantes »

(Roger Rivas, Directeur du Centre de la Croix-Rouge à Avignon)

Dans tous les cas, une consultation médicale s’impose à l’hôpital, même si l’enfant est conscient, pour s’assurer qu’il n’a pas de séquelles physiques ni psychologiques.
Pensez aussi à témoigner, quelles que soient les conséquences de l’accident, cela peut sensibiliser d’autres parents.


Un enfant réanimé immédiatement et correctement sur les lieux de l’accident a 5 fois plus de chances de s’en sortir indemne. Chaque seconde compte.

Bannière prévention 2004




Retour à la page d'accueil